23
Août

By: Dario Zagarella

Comments: 0

Le dernier mois, dans le cadre de l’expérimentation du Parcours Educatif axé sur la prévention de la migration irrégulière, les associations AREC (Association Régionale pour l’Education et la Culture) et OPEM (Organisation Pionniers Enfants du Maroc) de la région Béni-Mellal Khénifra et les associations “Al Amal” pour le suivi et l’accompagnement des détenus des établissements pénitentiaires, l’Association “Assalam” pour le développement social et sportif et l’association IDMAJ dans la région de Casablanca-Settat, ont démarré des séances pour les jeunes en provenance des régions cibles.

L’objectif du Parcours éducatif est d’encourager les jeunes à se redécouvrir eux-mêmes, à redécouvrir leurs compétences, leur identité, leur environnement socio-culturel, alors que d’autres se focalisent sur la migration afin de stimuler une réflexion critique à ce sujet.

Les bénéficiaires de ces séances sont surtout des jeunes en situation de vulnérabilité et des potentiels migrants irréguliers. Jusqu’à maintenant, plus que quatre cents jeunes ont participé aux séances. Maroua, seize ans, originaire de Bradia (en province de Fqih Ben Saleh, région de Béni Mellal-Khenifra), raconte son expérience au sein de l’association AREC (Association Régionale pour l’Education et la Culture). “Avant on n’avait pas assez de confiance en soi pour parler confortablement en public, on ne savait même pas comment travailler et interagir en groupe. Maintenant, grâce aux activités du parcours éducatif, on arrive à parler tranquillement en public et à affirmer avec décision nos idées et nos opinions. On a appris à travailler en groupe, en respectant chaque autre participant. À la fin de chaque activité on valorise le message final”.

Pour Abdessamad, seize ans, originaire aussi de Bradia, ayant pour objectif de terminer ses études, ces séances lui ont changé ses idées sur la migration, “maintenant je suis convaincu que migrer de manière irrégulière n’est pas la solution, qu’il existe des voies légales et sans risques ”.

En effet, ces premières séances se sont focalisées sur la capacité de développer un choix responsable et sur l’expérimentation du travail de groupe. Alors que d’autres ont traité les thématiques de la culture et de l’identité, permettant aux jeunes d’acquérir une conscience de leur histoire personnelle, apprendre à se reconnaître et acquérir conscience de leur appartenance culturelle.