Contexte du projet

Connu pour être un bassin migratoire important, aujourd’hui le Maroc ne constitue pas seulement un foyer d’émigration, il est aussi devenu un espace de transit pour de nombreux jeunes migrants originaires principalement de l’Afrique subsaharienne, ainsi qu’un pays d’accueil, en menant une ambitieuse politique migratoire à l’égard des migrants qui souhaitent s’installer dans le pays. Toutefois, la complexité et la dangerosité des routes migratoires empruntés par les migrants pour parvenir en Europe sont inacceptables. Des milliers de jeunes africains sub-sahariens risquent chaque année leur vie dans le désert et la traversée de la Méditerranée.

C’est dans cette perspective que s’inscrit le projet “Safe Journey”, en réponse aux besoins identifiés par l’Union Européenne dans son agenda son Agenda Européen en matière de Migration 2015 pour une réaction urgente à la crise migratoire, et par la Déclaration de Malte sur la mise en œuvre de campagnes d’information sur la prévention de la migration irrégulière. En outre, les besoins sociaux internes du Maroc ont également été pris en compte, afin de répondre aux Objectifs de Développement Durable (ODD) 5, 8 et 10 (respectivement sur l’égalité des sexes, le travail décent, la croissance économique et la réduction des inégalités). En effet, le Maroc est confronté à des taux de chômage élevés, un important facteur de répulsion, notamment dans les régions de Béni Mellal-Khénifra, Tanger-Tétouan, Casablanca-Settat et Marrakech-Safi, qui constitueront les cibles territoriales de la Campagne. En outre, la récente demande de main-d’œuvre peu qualifiée en Europe pour les travaux agricoles et domestiques a entraîné une augmentation du nombre de femmes migrantes, et donc la nécessité d’une approche genre sur la question.

La Campagne répondra parfaitement aux besoins européens et marocains. Elle développera des canaux différenciés pour atteindre des groupes cibles spécifiques: les personnes prêtes à émigrer, les étudiants adolescents (mineurs) et leurs éducateurs, les marocains et sub-sahariens à la recherche d’un emploi, et les influenceurs socio-économiques qui peuvent contribuer au développement économique local. Elle s’efforcera d’accroître la visibilité des risques d’irrégularité (comme la perte de la vie et la traite des êtres humains) parmi tous ces groupes. Elle se concentrera sur la présentation d’alternatives concrètes et réalistes à la migration, toujours dans l’optique de prévenir la migration irrégulière, par la promotion du développement local.

Fiche du Projet

Le Projet vise à sensibiliser les communautés locales des régions de Beni Mellal-Khénifra, Casablanca-Settat, Tanger-Tétouan-Al Hoceima et Marrakech-Safi, à propos de la migration irrégulière, à travers la mise en œuvre d’une campagne d’information sur les multiples risques du voyage illégal, aussi bien qu’offrir des alternatives légales et plus sûres

Il s’adresse aux potentiels migrants, citoyens Marocains et Sub-Sahariens, pour lesquels la migration constitue un projet de vie, ou bien ceux qui n’ont pas accès aux services officiels d’accueil et d’orientation ; aux étudiants de l’enseignement secondaire et les éducateurs, à travers la mise en œuvre d’un programme extra-scolaire finalisé intégrant la dimension du développement et optant pour une approche critique et responsable envers la migration. Le projet est également destiné à la catégorie de personnes qui sont à la recherche d’un emploi, à travers la prédisposition de services de formation et d’orientation vers le travail.

L’intervention vise à fournir aux migrants potentiels des informations relatives aux réels dangers liés au voyage illégal et à l’indifférence des trafiquants à propos des conditions de sécurité et bien-être des migrants. Le projet interviendra également pour faire lumière sur les alternatives légales et les opportunités d’emploi dans le pays d’origine, et terminera avec la divulgation des résultats et des messages clés de la campagne.

L’objectif est de contribuer au changement de perception et vision du phénomène migratoire irrégulier à travers une campagne informative visant à sensibiliser le contexte social, avec un accent sur les voix des migrants de retour, dont les histoires et expériences contribueront à briser les mythes liés à la migration irrégulière.

Financé par l’Union Européenne, le projet est le fruit d’un partenariat multiple regroupant l’Institut Syndical de Coopération au Développement (ISCOS), Le Fonds andalou des Municipalités pour la Solidarité Internationale (FAMSI), et l’Association Nationale Outre les Frontières – Maroc (ANOLF).

Projet mis en oeuvre par

En partenariat avec